solanum un jour, solanum toujours ! Index du Forum solanum un jour, solanum toujours !
LastChaos, Le forum de la guilde des solanum
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Acte X : Mise à l’épreuve

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    solanum un jour, solanum toujours ! Index du Forum >>> La Genèse... >>> Chroniques des Solanum
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Pouskinette
Administrateur


Hors ligne

Inscrit le: 10 Juil 2014
Messages: 18

MessagePosté le: Mer 16 Juil - 17:46 (2014)    Sujet du message: Acte X : Mise à l’épreuve Répondre en citant

Acte X : Mise à l’épreuve



   



Le Gardien Till me demanda de tuer quelques tréants. Ce que je fis bien volontiers. Lorsque j’eus terminé, il me demanda de recommencer. Encore et encore. J’avais l’impression d’avoir exterminé une armée de tréants et pourtant ils étaient toujours aussi nombreux. Pas la moindre faille dans cette muraille de végétation. J’étais exténuée et commençais et me demander si ce Gardien Till ne se moquait pas de moi avec sa demande sans fin. Une nouvelle fois je revins vers lui, ma tâche accomplie. Une nouvelle fois il me demanda de recommencer. Je n’en pouvais plus.   
   
-« Ecoutez Gardien Till, ça fait des jours que vous m’envoyer tuer des tréants, des jours que je m’y emploie, et vous ne me parlez toujours pas de me libérer de cet endroit… si vous ne comptez pas m’aider, je vais cesser d’obéir à vos caprices et trouver une autre solution par moi-même… »   
   
-« Dois-je comprendre Milsyka que tu souhaites arrêter ? »   
   
-« Je n’en peux plus…je ne vois pas d’issue à tout ceci… »   
   
-« Es-tu certaine de ton choix ? »   
   
Sa question me fit douter. Devant mon hésitation à répondre, il poursuivit.   
   
-« Avant que tu ne te prononces définitivement, je vais te conter une histoire… »   
   
Allons bon ! Après tout j’allais pouvoir me reposer un peu.   
   
-« Cette histoire se déroule dans une région magnifique, rude et sauvage, la péninsule de Dingle, à l’extrémité Sud du continent d’Iris. Dans cette contrée rurale, vivait Brody O'Gara. C'était un homme usé par la mer et la terre. D'abords pécheur, il avait travaillé dur pour fournir à son épouse toit et nourriture. Jusqu'au jour où un accident le priva de l'usage de sa cheville gauche. Il dut alors se résigner à renoncer à la pêche en mer et du se reconvertir. En dehors de la pêche, la région n'offrait que des terres à cultiver. Brody vendit la petite maison qu'ils avaient en ville pour acquérir une ferme isolée, à quelques kilomètres de Dingle. Là il apprit le métier de la terre. Les années passèrent, et un jour un événement auquel ils ne croyaient plus arriva : ils allaient avoir un enfant. Cette nouvelle redonna bonheur et espoir à Brody. Depuis qu'il travaillait la terre il avait progressivement perdu sa joie de vivre. L'absence de la mer le détruisait au moins autant que le dur labeur de la terre. Il mit beaucoup d'espoir dans cet heureux événement. Mais lorsque vint le jour fatidique, les événements prirent une tournure tragique. Son épouse décéda durant la délivrance. La naissance de Kévin ne fut donc pas synonyme d'heureux événement, mais terrassa définitivement O'Gara. Il ne se remit réellement jamais de la mort de son épouse, même si les premières années il s'occupa tant bien que mal de l'enfant. Mais au fond de lui cet enfant lui rappelait trop celle qu'il avait perdue. Consciemment ou non il rendit son fils coupable de cette situation. Jusqu'au huit ans de l'enfant, il ne lui manifesta aucune marque d'affection. Il le mit à travailler avec lui dès que celui-ci fut en mesure de pouvoir le faire. Et puis petit à petit il commença à devenir plus dur et plus violent avec l'enfant, finissant par le frapper régulièrement sans motif ou explication. L'enfant devint son souffre-douleur sur lequel il soulageait toute la haine qu'il avait accumulé tout au long de cette vie remplie de déceptions et de regrets. Les seuls instants de répit dont bénéficiait Kevin étaient lorsque son père lui demandait de s'occuper du cheval. C'était une brave bête, robuste et courageuse, qui ne rechignait jamais à la tâche. Il participait à tous les travaux des champs et muni d'une carriole servait de véhicule pour se rendre à la ville, y vendre leurs produits et acheter quelques marchandises. Kévin avait maintenant dix ans, le cheval était né une année avant lui. A la faveur de leurs moments d'intimité, une tendre complicité était née. Ils se réconfortaient mutuellement car le maître des lieux passait ses humeurs sur l'un ou l'autre, quand ce n'était pas sur les deux. Kévin appréciait les moments partagés avec l'animal durant lequel ils guérissaient ensemble leurs corps et leurs âmes. Et puis vint cette fameuse journée. »   
   
Le Gardien Till marqua une courte pause et m’observait, comme s’il cherchait à lire mes pensées, à savoir ce que son récit m’inspirait. Puis il reprit.   
   
-« L'été venait d'arriver, la récolte des torpèmes, une espèce de gros tubercule comestible, commençait tout juste. De tous les labeurs qu'ils devaient effectuer, cette tâche était sans aucun doute la plus dure. Brody souffrait sans cesse de son pied, les récoltes l'obligeant à parcourir de grandes distances à travers champs, Kevin devait ramasser autant que son père pour éviter ses colères et Wally devait tirer des lourdes charges du matin au soir. Kevin avait donné ce nom au cheval à cause du courage extraordinaire dont il faisait preuve, en hommage à un guerrier légendaire qui s’était autrefois sacrifié pour son peuple. Chaque fin de journée voyait le trio rentrer à la ferme complètement exténué, et tandis que Brody se restaurait Kevin devait encore prendre soin de Wally. Seulement après il pouvait diner, seul, son père au mieux déjà alité, au pire endormi sur sa chaise, un verre à la main. Mais Kevin s'en satisfaisait plutôt, pas tant d'éviter la compagnie de son père, mais de passer quelques instants en tête à tête avec Wally. Il lui donnait d'abord à boire et à manger, puis si la fatigue lui laissait un peu de temps, il le lavait et le brossait. Wally appréciait ces moments de réconfort qui lui faisait oublier les souffrances de la journée. Avant de se séparer ils avaient pris l'habitude de rester quelques instants tête contre tête, Kevin murmurait de douces paroles, Wally dressait les oreilles, l'enfant caressait le cheval. Les jours passaient, la fatigue s'accumulait, le rituel du soir fournissait un peu de répit. Cette année-là, de fortes chaleurs rendirent les choses plus pénibles. Chacun résistait, jusqu'à cette journée où les événements firent basculer leur vie. La matinée se déroula comme à l'ordinaire, Brody s'énervait sans cesse, distribuant coups de baguette et coups de pied à celui qui était à portée. Mais à partir de midi, sans que l'on en connaisse la raison, Brody devint plus agressif, les cris firent place aux hurlements, les coups pleuvaient, plus fréquents, plus lourds. Durant l'après-midi la situation ne fit que se dégrader, et alors que le travail allait prendre fin, il y eu cet incident. Kevin avait laissé traîner ses outils à terre le temps de verser dans la charrette son dernier panier. Brody trébucha sur les outils, s'écroulant lourdement. Il se releva fou de rage, et prétextant une vive douleur à la cheville gauche, s'empara de l'outil le plus proche et frappa violemment l'enfant. D'abords sur les jambes et les bras. Kevin était devenu dur au mal, aucune plainte ne se fit entendre. »    
   
Le Gardien Till marqua une nouvelle pause, beaucoup plus longue. Comme si son récit était terminé.   
   
-« C’est tout ? » demandais je, surprise et déçue.   
   
-« Non.. la patience n’est pas ta qualité première on dirait … laisses l’histoire nourrir ton esprit…»   
   
- « Continuez, mon esprit est affamé ! ». Il se foutait de moi en plus !   
   
-« Le silence de Kévin énerva davantage Brody qui se mit à frapper de toutes ses forces. Plusieurs plaies apparurent sur les membres, puis un coup fut porté directement à la tête, entaillant profondément le crâne de l'enfant, qui ne put retenir un cri de douleur. Kevin s'écroula au sol, sonné. Brody se tenait à la verticale de l'enfant et allait entreprendre de continuer sa funeste besogne. C'est alors qu'intervint un événement aussi inattendu qu'extraordinaire. Wally rua si fort qu'il pulvérisa les attaches de sa charrette, et ainsi libéré, fonça sur Brody et le bouscula, l'empêchant ainsi de porter le coup mortel. La folie de Brody devint telle qu'il frappa l'animal jusqu’à ce qu'il mette genoux à terre, le corps parsemé de blessures. Wally aurait pu fuir, mais certainement il avait délibérément fait ce choix, détournant ainsi Brody de son ouvrage macabre. Est-ce la vue des deux corps ensanglantés ou bien un sursaut de lucidité, mais à ce moment Brody lâcha son arme et prit la route du retour, comme si de rien n'était, abandonnant ainsi ses victimes à leur triste sort. C'est Wally qui reprit ses esprits le premier. De quelques coups de tête il sortit Kevin de son coma. Ils mirent de longs moments à recouvrer quelques forces, puis machinalement prirent le chemin de la ferme. La nuit était tombée lorsqu'ils arrivèrent à destination, se rendant directement à l'étable. Pas de Brody en vue. Kevin tenta de nettoyer les plaies de l'animal, mais comprit rapidement l'inutilité de son geste : les plaies saignaient abondement. Il s'arrêta et prit le temps de s'examiner un peu, lui aussi avait perdu beaucoup de sang et se sentait faiblir de minutes en minutes. L'enfant prit le museau du cheval entre ses mains, et plongea son regard dans celui de l'animal. Ils restèrent de longues minutes ainsi, mais contrairement au rituel quotidien, Kevin ne prononça aucune parole ce soir-là. Nul ne saura jamais ce qu'ils se dirent, mais d'un commun accord ils sortirent de l'étable et quittèrent la ferme en direction de la crique voisine. Là, sous la lumière de la pleine lune, ils regardèrent un moment la beauté des flots. Puis les deux complices se fixèrent à nouveau du regard, de la bouche de l'enfant naquit un sourire, de l'œil de l'animal une larme. Lentement ils s'avancèrent vers les flots, marchant côte à côte, communion ultime de l'homme et de l'animal. Ils entrèrent plus profondément dans les vagues, et finirent par complètement disparaître. Le lendemain, à l'aube, les villageois découvrirent le corps de Brody au pied d'une falaise. L'histoire ne dit pas si c'est l'ivresse, la folie ou le remord qui eut raison de lui. Par contre l'histoire prétend que lors des pleines lunes, lorsque la mer est calme, les pécheurs distinguent parfois au fond de la mer une forme faisant penser à un enfant chevauchant un cheval au galop… »   
   
- « Et ?... »   
   
-« Et quoi ?... »   
   
-« Ben c’est quoi la morale de cette histoire… je suis sensée y comprendre quoi ?... »   
   
-« Chacun doit y trouver les réponses aux questions qu’il se pose… tes réponses se sont pas les miennes… »   
   
-« Par curiosité, dites-moi donc quelles sont vos réponses…je m’arrangerais des miennes plus tard… », ce tas de bois commençait à m’agacer.   
   
-« Et bien, nous existons à travers les choix que nous faisons, ils nous mènent sur le chemin de la perdition ou bien de la voie céleste, le pouvoir divin rendra justice aux âmes pures et la lumière triomphera des ténèbres. Le chemin peut sembler difficile. Le choix du renoncement parait alors si facile, si reposant. N’oublies pas ce que signifie être un Solanum… »   
   
Le Gardien Till m’apparut soudain sous un autre jour. Je repartis tuer des tréants.    

_________________
C'est parce que la lumière va plus vite que le son que beaucoup de gens paraissent brillants avant d'avoir l'air con !


Revenir en haut
Publicité







MessagePosté le: Mer 16 Juil - 17:46 (2014)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    solanum un jour, solanum toujours ! Index du Forum >>> La Genèse... >>> Chroniques des Solanum Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Thème réalisé par SGo